Ma Bibliothèque d’exposés

01 décembre 2018

Exposé complet sur ''la philosophie antique : les post socratiques'' par Kader RABO

INTRODUCTION

 

I-            LES DIFFÉRENTS COURANTS PHILOSOPHIQUES POST SOCRATIQUES

1-     Le stoïcisme

2-     Épicurisme.

II-          LES PHILOSOPHES DE LA PHILOSOPHIE ANTIQUE

  1. 1.   Platon
  2. 2.   Diogène de Sinope
  3. 3.   Aristippe de Cyrène
  4. 4.   Hégésias

III-       QUELQUES CONCEPTS FORTS DE LA PHILOSOPHIE POST SOCRATIQUE :

1-   La philosophie antique comme art de vivre

2-   La conscience de soi : Connais-toi toi-même !

 

CONCLUSION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

INTRODUCTION

Le terme de philosophie antique désigne en général la philosophie hellénistique, qui naît au viie siècle av. J.-C., avec Socrate et Platon, et ses successeurs dans l'empire romain ainsi que dans le monde arabo-musulman. Il s'applique ainsi à une philosophie dite « occidentale », qui correspond grosso modo à l'Antiquité gréco-romaine — les sagesses ou philosophies d'autres civilisations (Chine, Inde, etc.) ne sont en général pas comprises sous ce terme. On inclut aussi sous ce terme ce qu'une partie importante de l'histoire de la philosophie considère comme les origines de la philosophie, à savoir les penseurs présocratiques, dont les premiers datent du milieu du viie siècle avant notre ère.

Les « post-socratiques » désignent les penseurs des courants du stoïcisme, de l’épicurisme, du scepticisme. Cette appellation confirme le statut de Socrate penseur fondateur de l’Occident. Toutefois, « post-socratique » définit aussi une rupture avec Socrate, Platon et Aristote. Ces philosophes grecs classiques mettent la Cité au premier plan de leurs réflexions, en affirmant la nécessité d ‘une société juste pour que l’homme puisse lui aussi être juste ; de leur point de vue, l’homme est d’abord un animal social. Les post-socratiques défendent une conception de l’homme très différente.

I-            LES DIFFÉRENTS COURANTS PHILOSOPHIQUES POST SOCRATIQUES

 

1-   Le stoïcisme

L'école stoïcienne fut créée par Zénon de Κition au ive siècle avant notre ère parce que l'école se situait près du portique Pécile, dans l'Agora d'Athènes. Elle est aussi nommée l'école du Portique.

C'est une philosophie rationaliste qui se rattache notamment à Héraclite (idée d'un logos universel) et au cynisme (Zénon de Κition fut élève de Cratès de Thèbes) ; il reprend certains aspects de la pensée d'Aristote. On peut résumer cette doctrine à l'idée qu'il faut vivre en accord avec la nature et la raison pour atteindre la sagesse et le bonheur........Lire tout l'exposé

 

marcus-aurelius

Posté par Allfayer à 12:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 mai 2018

Méthode, Astuces pour apprendre facilement l’anglais et réussir son examen- le livret (par Kader RABO)

 

DÉDICACE :

À mon père Mahamadi RABO et à ma mère Odile COMPAORÉ dit Natou.

À ma femme et à toute ma descendance.

 

 

  

 

 PLAN

A-    COMMENT EVOLUER EFFICACEMENT  EN ANGLAIS.

1- Améliorer son vocabulaire en anglais.

2- Apprendre l’anglais tout en s’amusant.

3- Parler pour s’améliorer en anglais.

4- Éviter les erreurs classiques.

5- Mieux gérer ses révisions.

6- Soigner son mode de vie.

B- TRAITER CORRECTEMENT SON SUJET D’ANGLAIS.

 

1-  L’examen écrit.

 

a-   Vous et le sujet.

-         Le texte ;

-         Les questions ;

-         La traduction ;

b-  Vous et votre copie.

 

2-  L’examen oral.

Annexes

 ....Lire toute la méthode 

 

 

anglais

 

A- COMMENT ÉVOLUER EFFICACEMENT  EN ANGLAIS

1-   Améliorer son vocabulaire en anglais.

Fixez-vous un objectif périodique en anglais. Décidez d’apprendre deux nouveaux mots par jour, ou chaque semaine, en fonction de vos aptitudes à assimiler. Employez continuellement ces mots dans des phrases anglaises grammaticalement correctes. Habituez-vous à employer ces mots jusqu’à ce qu’ils entrent définitivement dans la liste de vos mots les plus utilisés et renouvelez l’expérience.

Profitez-en pour faire des recherches sur des mots de vocabulaire provenant du même champ lexical. Vous assimilerez ainsi mieux les connaissances acquises.

Lire des articles de presse anglo-saxonne est un excellent moyen pour bien progresser en cours d’anglais. Sans même vous en rendre compte, lire en anglais enrichira votre compréhension écrite (et de ce fait votre expression écrite). Vous trouverez de tels journaux chez les revendeurs ou à l’Institut Français.

Mettez votre compte Facebook, votre téléphone, votre télévision, ou toutes les technologies que vous utilisez en anglais. C’est une très bonne manière de vous immerger dans la langue.

Utilisez des applications androïd d’apprentissage de l’anglais. Facile d’accès et assez riches, ces outils vous permettrons d’avoir un contact rapproché et permanent avec la langue (exemple : Duolingo, Babel, Memrise).

2-   Apprendre l’anglais tout en s’amusant.

Regardez des séries ou des films en anglais ou écoutez des radios anglaises comme BBC, ou de la musique chantée en anglais. D’un côté, vous décompressez en pensant à autre chose qu’à vos épreuves ou au Bac. De l’autre, votre oreille s’habituera à l’accent britannique et vous perfectionnerez votre niveau d’anglais !

Avec un dictionnaire anglais, amusez-vous entre amis à vous poser des questions sur le sens de certains mots, à la conjugaison aux divers temps. Le cerveau apprend vite quand il y prend du plaisir. C’est une bonne raison pour vous détendre tout en révisant !

 

 

3-   Parler pour s’améliorer en anglais.

On n’a pas besoin d’être bon en anglais pour parler anglais. La pratique est en effet fondamentale lorsqu’il s’agit d’apprendre une langue étrangère. Et les occasions ne manquent pas pour pratiquer l’anglais ! Vous pouvez choisir de parler parfois à deux ou trois ou plus ! L’essentiel est de parler.
En vous entrainant mutuellement à parler, vous deviendrez attentif aux erreurs des autres, vous les corrigerez ensemble et vous ne les reproduirez (normalement) pas. Parler anglais pendant ses révisions permet de s’entrainer pour l’oral. Ne pas être seul pour affronter le bac peut aussi faire du bien au moral, n’est-ce pas ? N’ayez pas peur de faire des fautes, c’est en essayant qu’on se sentira le plus à l’aise.

4-   Éviter les erreurs classiques.

Certaines fautes sont récurrentes, et de nombreux lycéens les reproduisent souvent. Votre professeur en cours d’anglais a sûrement dû vous le répéter : voir sans cesse les mêmes erreurs peut vite devenir irritant. Anticipez ! Reprenez vos devoirs de l’année, identifiez les erreurs les plus fréquentes, riez devant les perles du bac et assimilez en profondeur les corrections.

Quelle que soit la filière, il s’agit souvent de l’emploi du « s » à la troisième personne du singulier au présent, des verbes irréguliers ou encore de la confusion entre « to have » et « to be ».

5-   Mieux gérer ses révisions.

Bien organiser son emploi du temps est fondamental pour réussir son bac (et réussir sa vie). Préparez à l’avance un planning de vos révisions, sans oublier d’accorder à vos neurones les pauses dont elles ont besoin. Alterner les matières régulièrement peut être une bonne gymnastique pour votre cerveau. Il faut aussi savoir vous reposer.

6-   Soigner son mode de vie.

Les professionnels de santé et les enseignants sont unanimes : l’alimentation et le sommeil sont les clés de la réussite. Si vous souhaitez réussir en anglais ou devenir officiellement bachelier, il est nécessaire de manger équilibré. Ou du moins essayez, malgré la pression que l’examen apporte. Faites tout votre possible pour avoir un mode de vie sain et équilibré pour être prêt le jour du bac. Pour cela organisez-vous vous pour vos révisions et dormez assez, votre cerveau vous remerciera !

 

 

B- TRAITER CORRECTEMENT SON SUJET D’ANGLAIS

 

1-  L’EXAMEN ECRIT

 

a)   Vous et le sujet:

 

 

v Le texte :

Lisez au moins quatre (04) fois le texte pour être certain d’avoir compris :

-      Le thème principal du texte (exemple : le travail des enfants)

-      Le(les) sous-thème(s) du texte : (exemple : l’impact de la pauvreté dans le phénomène, l’initiative de l’état pour enrayer le phénomène etc.)

Ne vous précipitez pas en survolant les consignes des sujets d’examen.
En anglais, le hors-sujet peut vite arriver si les questions ne sont pas bien comprises. Prenez votre temps : il ne sera pas perdu !

Traduire l’idée générale de chaque paragraphe du texte et le noter en ordre sur le brouillon.

v Les Questions :

Répondez aux questions avec vos propres mots (au brouillon) :

-      Exploitez d’abord  ‘’les idées’’ du texte avec une ou deux arguments.

-      Argumentez avec des phrases simples et courtes en utilisant votre vocabulaire : Sujet +Verbe +Complément. Allez toujours droit au but, soyez concis et précis.

-      Concluez la réponse à votre question en apportant un exemple (si possible) en vous inspirant du texte ou de vous-même. Cela donnera une bonne dernière impression à votre correcteur et lui montrera que vous avez bien compris le sujet.

 

 

v La traduction :

-      Traduisez l’idée, non les mots :

Il ne s’agit pas de traduire mot par mot le bout de texte qui vous a été donné mais de traduire plutôt les idées qui la contiennent. Vous n’êtes pas obligé de comprendre tous les mots d’une phrase pour pouvoir la traduire, mais vous pouvez traduire ce que vous comprenez de cette phrase. Lisez la phrase, essayez de la comprendre et traduisez ce que vous avez compris dans un français grammaticalement correct.

 

-      Continuez à enrichir votre vocabulaire :

Ce principe de traduction démontre par la même occasion la cruciale nécessité d’améliorer constamment votre vocabulaire anglais. En effet plus vous connaissez de mots anglais, plus il vous sera facile de traduire n’importe quel texte auquel vous ferrez face.

a)   Vous et votre copie :

Faites attention à votre présentation, bien faite elle vous vaudra des points supplémentaires. Ecrivez de manière lisible et évitez les ratures.

La réponse à chaque question ne doit pas dépasser six à sept phrases ou quatre à cinq lignes.

Chaque réponse constitue un paragraphe et chaque paragraphe doit être séparé par une ligne.

Relire votre devoir au moins deux fois après l’avoir terminée pour corriger les éventuelles fautes d’orthographe.

2-  L’EXAMEN ORAL :

a-   L’apparence compte !

Soyez en sûr, lors de votre examen oral, l’impression que vous laisserez influencera votre examinateur, donc préparez-vous bien avant d’y aller. Soyez donc propre, bien habillé(e) et parfumé(e). Les coiffures et les vêtements extravagants sont à proscrire. 

 

 

b-   Apprenez les formules de politesse :

Nous n’allons pas revenir sur ces choses élémentaires puisque vous les avez déjà vus depuis la sixième (Good morning Sir/Mrs ! How are You ? Fine and You ? Where are you from ? I am from …. Etc.) Mais même s’il vous faut reprendre vos cahiers d’anglais de sixième reprenez les. En effet vous aurez besoin de ces formules de politesse pour donner une première bonne impression à votre contrôleur d’oral. Si le professeur de cours d’anglais vous trouve poli, souriant, il y a fort à parier que cela se ressentira dans votre note finale.

c-   Soyez original :

 Il ne faut pas hésiter à sortir du lot (dans la mesure du raisonnable) pour réussir son bac. Liez les notions abordées à des sujets que vous maitrisez et qui vous plaisent. Vous pouvez tout à fait évoquer un de vos centres d’intérêt si le thème le permet. Connaître des mots de liaisons originaux ou des expressions un peu compliquées est aussi une manière d’impressionner l’examinateur. Préparez en amont votre discours à l’oral si l’on vous interroge sur votre projet professionnel.

 

Conseils :

N’hésitez pas à faire des exercices (seul ou avec un ami) avant de vous rendre à l’examen oral.

Une articulation parfaite sera toujours considérée comme un atout lors d’une épreuve orale donc tachez de bien articuler. ;)

EN CONCLUSION

Comme tout travail, la réussite ne tient qu’à un mot : la persévérance.

Aussi faut-il s’accrocher, même lorsque des faiblesses arrivent ou que le courage de continuer l’apprentissage n’est plus là. Vous devrez peut être aussi pensé à ce que devenir bilingue pourra vous apporter : votre CV sortira du lot lorsque vous postulerez pour un emploi et vous pourrez communiquer avec une grande partie de la planète…! Car quoi qu’on dise l’anglais demeure la langue la plus puissante au monde et elle risque de le rester encore longtemps. Alors courage et bonne chance !!!

 

Annexes :

Sources :

  • britishcouncil.fr
  • superprof.fr
  • diplomeo.com
  • Monexpose.canalblog.com

Pour étudier gratuitement des exposés pédagogiques rendez-vous sur le blog de l’éditeur :

 

monexpose.canalblog.com

  

 

À propos de l’auteur :

Cheik Abdoul Kader RABO  est un jeune entrepreneur et homme d’affaires burkinabè né le 21 juin 1994 à Ouagadougou. Titulaire d’un Bac A et Étudiant en Anglais. Il est l’Administrateur du Blog pédagogique ‘’La Bibliothèque d’exposés’’. Ce Blog est une filiale de YARGA SERVICES, une entreprise en ligne dont il est le promoteur.  En plus de la Bibliothèque d’exposés, cette entreprise fait dans la publicité et la revente des produits en ligne, la promotion culturelle d’Afrique et du Burkina par Jodagang Tv et la création d’applications androïdes pour entreprises et particuliers par Faso Culture Boost. Parallèlement il est lui-même artiste chanteur avec plus de 10 titres à son actif sous le nom d’artiste d’Allfayer ou Reem Z le JODALA BOSS.

       
   

A propos de l’œuvre 

 
 
   

Vous souhaitez travailler votre apprentissage de l’anglais au quotidien ? Vous aimeriez pratiquer l’anglais de façon régulière et avez besoin de recommandations ? Vous avez la solution entre vos mains. Des techniques claires et fiables, et une méthode facile à assimiler. Pour peu d’effort consenti vous réussirez à l’appliquer et vous en verrez les bénéfiques fruits à votre bonheur et à celui de vos proches. N’hésitez pas à le recommander à vos camarades et  amis !

 

 

 

 

 

Posté par Allfayer à 19:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mai 2018

Vous êtes Plus de 1200 visiteurs par jour venants de plus de 15 pays du monde

Vous êtes des milliers par jour à venir du monde entier sur le blog de la Bibliothèque d'exposés pour nos services de recherches. Nous sommes heureux de vous savoir satisfaits du travail de recherches et de tri d'informations sur différents thèmes afin d'en faire des exposés logiques et cohérents. Merci pour vos participations aux sessions de formations sur comment faire des recherches sur internet et présenter efficacement votre exposé. 
A l'approche de cette fin d'année scolaire 2017-2018 nous souhaitons beaucoup de succès aux élèves en classe de passage et bonne chance à ceux qui passent un examen.
Nous restons disponibles pour tout besoin en documentation ou en exposé tout au long des vaccances.
Merci pour votre confiance.
L'Equipe du Blog Mon Exposé.
 
Voici les statistiques du 01 Mai 2018 (Provenances des 100 derniers visiteurs).

provenance du 1 mai

Posté par Allfayer à 02:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Exposé sur la découverte et la diffusion du travail du fer en Afrique

A la suite des différents âges de la pierre, l’humanité entre dans l’âge du fer. Il désigne à l’origine une période de la protohistoire caractérisée par l’usage de la métallurgie du fer. Les origines de son usage en Afrique sont à la base de débats contradictoires dans les milieux scientifiques.

I.            L’origine du travail du fer en Afrique

Deux théories sur l’origine du travail en Afrique sont développées. Ce sont le diffusionnisme et l’auto découverte.

  1. Le diffusionnisme

Selon des chercheurs occidentaux dont Raymond Mauny, le travail du fer a été découvert dans le Caucase en Asie mineure ou en Mésapotamie. De cette région le travail du fer s’est repandu dans le monde. Bertrand Gilles écrivait : « l’origine de la métallurgie du fer doit se situer entre 1700 et 1500 av. J.C probablement dans la région du Caucase chez les Chalypes d’un côté, les Hittites de l’autre côté. » A partir du Caucase, le travail du fer a atteint la Gréce vers 1200 av JC,  l’Inde vers 800, puis l’Afrique par la vallée de Méroé vers 600, le lac tchad vers 500, le nord du Nigéria vers 400, l’Afrique centrale vers 100 av JC.

  1. L’auto découverte

La thèse de l’auto découverte est soutenue par des chercheurs comme Henry Lothe, Cheick Anta Diop qui a découvert un morceau de fer entre 2 pierres de la pyramide de Khéops et daté de 2700 av JC. Il est donc plus ancien que celui découvert dans le Caucase. Pour le chercheur sénégalais, le fer est d’origine égyptienne, cependant le sous sol égyptien était pauvre en minerai de fer, celui-ci serait donc venu à ses voisins du Sud comme Méroé. On pense aussi qu’il ya eu plusieurs foyers indépendants les uns des autres ou mêmes de l’extérieur.

Des datations obtenues dans les années 1980, attestent que le travail du fer remonte à 2500 av J.C dans la localité d’Elgaro à l’ouest de Termit au Niger. Dans de nombreuses régions africaines on a découvert des objets en fer, des fourneaux encore garnis de scories et des creusets des tuyaux, à Nok (Nigeria), Termit, Rim (Nord du Burkina), Oliga (Cameroun), Mubuga (Burundi)…

II.            La production du fer

  1. L’obtention du minerai

Le minerai était obtenu dans certaines régions telles que le Nord du Cameroun par la séparation du minerai mêlés aux eaux sableuses des ruisseaux. Le minerai était obtenu un peu partout par excavation peu profonde d’environ un mètre de profondeur. Il était aussi obtenu dans des puits de forme et section variable avec ou sans galerie. Dans toute l’Afrique, les gravillons latéritiques ramassés sur le sol ont servi de matières premières.

  1. La réduction du fer

Le fer était obtenu généralement par deux technologies : la technologie dite de réduction directe et celle indirecte.

La technologie de réduction directe permet d’obtenir du fer utilisable en une seule opération. Les forgerons construisent des petits fourneaux alternativement chargés ....lire la suite

Posté par Allfayer à 00:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 avril 2018

Exposé complet sur l’existence d'une civilisation négro africaine

LA CIVILISATION NEGRO-AFRICAINE


Jadis la notion de civilisation opposait les peuples qui se disaient « civilisés » (grecs, romains) à ceux qui ne l’étaient pas (barbares). Le mot civilisation n’apparaît qu’au XIII°s ; il signifiait l’état des habitants des villes par opposition aux campagnards rustres, c’était du policé, de l’organisé par opposition à la barbarie, à la sauvagerie.
Cette définition porte un jugement de valeur puisque on se réfère à sa propre situation pour juger les autres. De plus en plus la civilisation est comprise comme l’ensemble des caractères appartenant à une certaine société, vivant sur un territoire déterminé à un certain moment de son histoire.
La définition se base sur des faits sociologiques bien précis : croyance, coutume, mœurs, langues, institutions politiques, sociales, économiques. Donc pour être civilisé, il faut avoir :
-Une organisation politique : monarchie, oligarchie, république, théocratie, tyrannie, démocratie…
-Une forme de société par exemple, nobles, chevaliers, plèbe, esclaves…
-Un type d’économie ; régime des terres, échanges, techniques culturales…
-Un système de valeur : morale, croyance, mentalité, sensibilité, écriture…
Tous ces éléments constitutifs d’une civilisation sont pris globalement mais n’ont pas la même valeur. En effet les faits religieux, techniques et économiques sont plus importants que les modes vestimentaires ou les goûts culinaires ou même les institutions politiques qui sont éphémères. Au total la civilisation d’absolu, de subjectif, d’objectif n’existe pas.
Une civilisation doit pouvoir définir des attitudes à suivre devant des faits naturels et surnaturels. Elle doit pouvoir donner des réponses aux grands problèmes moraux, métaphysiques, sociaux et politiques. Pour donner de telles réponses la civilisation se base sur les traditions.
Les grandes civilisations se diffusent grâce aux guerres, aux langues commerciales, aux échanges intellectuels, à la colonisation, la religion, les masses média.

LES CIVILISATIONS AFRICAINES
Longtemps considéré comme dépourvue de civilisation, l’Afrique noire en connaît pourtant qui n’a rien à envier aux autres civilisations. Il s’agit de civilisation très nombreuse et e beaucoup n’ont pas encore fait l’objet d’étude exhaustive. Ces civilisations évoluent sans cesse et s’enrichissent des apports étrangers, notamment depuis la colonisation au point de ne plus paraître authentique. Cependant les éléments traditionnels demeurent très tenaces dans les civilisations africaines en mutations.

1. Les caractéristiques de la société traditionnelle
A. Les structures sociales
La société africaine est essentiellement communautaire. Chaque unité sociale forme un tout au sein duquel l’homme se sent pleinement intégré.

  • La parenté et la solidarité: La parenté est le cadre, la base de toute organisation sociale africaine. Le clan étant un groupe formé par tous les descendants d’un ancêtre lointain, réel ou mythique, ayant conscience d’une filiation commune est formé de plusieurs familles très étendues. Il peut être divisé en lignages. Le lignage rassemble tous les descendants en une seule ligne d’une seule personne particulière. Exemple : la ligne masculine donne la parenté patrilinéaire. La ligne féminine donne la parenté matrilinéaire.
  • La solidarité : I y a un profond lien de solidarité entre parents, tous sensibles à leur commune appartenance. C’est dans le groupe que le noir trouve son équilibre. Isolé il perd une partie de sa confiance en soi. Cependant cet esprit de solidarité constitue de nos jours un problème sérieux pour les fonctionnaires sollicités par les innombrables parents.

a. L’organisation familiale
La communauté familiale est la base de la cellule sociale. C’est l’homme le plus âgé qui est le chef de famille. On l’appelle zaksoba chez les Mossi ; fâ chez chez les Malinké ; Nanan chez les Akan ; Lèhou chez les Sénoufo. Il est le gérant des biens de la famille. L’homme assure toutes les responsabilités au niveau de de la famille. Les familles vivent en communauté. La hiérarchie sociale repose sur les critères suivants : l’âge et le sexe. La société est dominée par les vieux. L’homme y tient une place privilégiée par rapport à la femme. Mais quelques soient les liens de parenté, les membres d’une même génération se considèrent comme frères et sœurs. Tous les travaux se font en commun. En général, les mariages sont des alliances scellées par la dot.
b. L’organisation sociale
La société africaine est architecturée et parait comme essentiellement hiérarchisée. Elle comprend :

  • Les Nobles : on naît noble .On les trouve à la tête de l’État et de l’armée.
  • Les hommes libres et les gens de castes .Ils sont artisans ou agriculteurs et travaillent pour leur propre compte. Les gens de castes sont spécialisés dans le travail artisanal. En général les gens de caste ne peuvent se marier qu’entre eux.
  • Les esclaves : ils sont au bas de l’échelle sociale. Ce sont les principaux producteurs de la société. Ils ont des descendants et possèdent des cases et des terres .Ils peuvent être affranchis.

B. Les structures politiques
Les sociétés africaines connaissent plusieurs formes d’organisation politique.
a. La tribu : c’est un assemblage de clans liés en général par la langue. A sa tête il y a un chef qui à un caractère religieux. Celui-ci est assisté d’un conseil de chefs de clans et de dignitaires.
b. Le royaume : c’est un état centralisé. Le roi appartient à la lignée fondatrice du royaume. Personnage sacré, le roi détient les pouvoirs politiques militaires et religieux. Mais son pouvoir est limité par des conseillers et surtout par des coutumes ancestrales. En réalité, le roi règne mais la coutume gouverne. Les États théocratiques (Nord du Nigeria et du Cameroun) sont appelés sultanats ou Émirats.
c. Les sociétés secrètes : Ce sont des organisations politico-religieuses. Les membres sont initiés et sont inconnus des autres membres de la société. Ils ne se produisent en public que caché sous des masques. Leur rôle est de faire respecter la coutume et susciter la crainte parmi la population.
C. Les fondements magico-religieux
Longtemps très mal connues , les religions africaines étaient considérés comme des pratiques fétichistes sans grande portée ; par fétichisme on entendait le culte voué à des « fétiches  » statues et objets symbolisant les esprits ou les dieux. L’africain est avant tout un croyant qui vit ....Lire la suite

Posté par Allfayer à 01:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Exposé complet sur l'Empire du Mali

Introduction

La chute du Ghana au XI°s a occasionné une rivalité entre les États indépendants de la boucle du niger. De cette rivalité le Mali émergea vers la première moitié du XIII°s et devint un grand empire jusqu’à la fin du XIV°s.

  1. Sources de connaissance et origines de l’empire du Mali.

1. Les sources de connaissance de l’histoire de l’empire du Mali.

L’histoire du Mali nous est connue grâce aux écrivains arabes notamment IBN KHALDUN, AL OMARI, IBN BATTUTA et aussi grâce à la tradition orale tenue par les griots de la famille KEITA dont le plus célèbre fut BALLA FASSEKE.

2. L’origine de l’empire.

On sait peu de chose sur l’origine de l’empire. La tradition orale rapporte l’existence de deux royaumes: le royaume de DO et celui de KRI. Ces deux royaumes sous l’action des KEITA vont fusionner pour créer le Mandé. L’un des souverains du Mandé, Naré Famaghan Kéita (1218-1230) entreprit des conquêtes vers le Sud, le Sud Ouest et la rive droite du fleuve Niger. Mais voulant contrôler toutes les régions mandingues et le Ghana, Soumahoro Kanté (1200-1235), roi de Sosso, attaqua et décima le Mandé. Vers 1235, Soundiata Keita fils de Naré Famaghan écrasa l’armée de Soumahoro Kanté à la bataille de Kirina. Il devint ainsi le roi de tout le manding. Il installa la capitale à Niani et entreprit l’organisation du royaume.

  1. Le Mali sous Soundiata Kéita.

1. Qui est Soundiata Keita?

« Naré Famaghan avait plusieurs femmes dont l’une s’appelait Sogolon Konté, surnommée Kédioudou (la vilaine). Cette femme malade donna le jour à un fils malade qui se traîna à quatre pattes jusqu’à l’âge de 7 ans. Il s’appelait Soundiata, ou Mari djata, ce qui signifierait »le lion du Mali ». doublement méprisée par sa co-épouse, Sogolon la vilaine, était au désespoir. Cependant c’est cette infirmité qui valut à son fils d’échapper au massacre des onze autres princes que Soumaoro fit périr impitoyablement après la conquête du Manding. Un jour pourtant, excédé par les bravades du seigneur de Sosso, Soundjata comme aiguillonné par la misère de sa patrie piétinée, décida de se lever pour lui porter secours. Il demanda, dit la légende, une barre de fer pour se dresser sur ces jambes. Cette barre se courba en deux sous son poids au point de se briser. Une autre et une troisième plus forte subirent le même sort. enfin quelqu’un s’écria:  » Donnez-lui donc le spectre de son père pour qu’il se redresse en s’appuyant dessus. » Et c’est en s’appuyant sur l’insigne royal que Soundjata se mit debout ».

Joseph Ki-Zerbo in Histoire de l’Afrique Noire.

2. L’assemblée constituante de Kurukan Fugan.

C’est à Kurukan Fugan que c’est tenue la grande assemblée constituante qui va donner naissance à la constitution de l’empire du Mali. Lors de cette assemblée, Soundiata est déclaré Mansa, roi des rois, empereur du nouvel empire. Tout empereur du Mali devrait être désormais de la lignée de Soundiata et la succession se fera de frère en frère et les princes devraient en première noce épouser une fille du clan des Kondé, clan de la mère de Soundiata.

Les chefs alliés sont confirmés à la tête de leurs provinces et prennent le titre de Farin exceptés les chefs de Néma et de Wagadu  qui portent le titre de roi pour l’hospitalité offerte à la famille de Soundiata. La société fut divisée en clan avec chacun ses droits et ses devoirs . La noblesse fut subdivisée en 16 clans porteurs de carquois symbole de liberté. On avait 5 clans maraboutiques, gardiens de la foi ( les Touré, les Bérété, les Cissé); 4 clans d’artisans et la profession se transmettait de père en fils. les Bozos et les Somonos furent confirmés maîtres des eaux. La parenté à plaisanterie fut instituée.

3. L’exercice du pouvoir.

A la tête de l’empire se trouvait Soundiata entouré de ses compagnons, des différents chefs de guerre et de lettrés issus des familles maraboutiques. L’empire se subdivisait en provinces alliées et en provinces soumises. Au plan militaire, les principales régions abritaient une garnison qui garantissait la sécurité de l’empire.

  1. Les successeurs de Soundiata Kéita.

1. De Soundiata à Sakoura.

Mansa Yérélekon dit Mansa Wulen (1255-1270) succède à Soundiata. Pendant son règne le Tékrour est assujetti. Il effectua le pèlerinage à la Mecque. A sa mort ses frères Ouatiawuli (1270-1274) et Khalifa (1274-1275) occupent tour à tour le trône du Mali. Ils furent considérés comme des souverains médiocres. A la mort de Khalifa c’est Abou Bakr (1275-1285) fils de la soeur de Soundiata qui prit le Trône contrairement à la constitution. Sous son règne, l’empire faillit s’écrouler à cause des intrigues de palais. En 1285, Sakoura un esclave affranchi de la famille royale général d’armée prit le pouvoir. Il agrandit l’empire qui s’étendait désormais depuis l’Atlantique au Ghana du côté de l’occident jusqu’au pays du Tékrour du côté de l’Orient. Il accomplit le pèlerinage de la Mecque mais fut assassiné sur le chemin de retour à Tripoli (Libye).

2. Kanko Moussa (1307-1332)

Il fut l’empereur le plus célèbre après Soundiata Kéita. Il effectua le pèlerinage à la Mecque en 1325 après avoir consolidé les assises du pouvoir impérial. selon le tarikh el fettach, Kanko Moussa aurait accidentellement fait tuer sa mère. Le remord et la crainte du châtiment divin le poussèrent à faire beaucoup d’ aumônes et à entreprendre le pèlerinage de la Mecque. Selon les auteurs arabes, sa suite se composaient de 60000 porteurs et 500 esclaves transportant d’importantes quantités d’or que l’empereur distribuait dans les principaux centres traversés. De la Mecque Kanko Moussa ramena avec lui Abou Ishac Ibrahim Es Saheli. Il est le père du style dit soudanais. On lui doit les mosquées de Gao et de Tombouctou.

Ce pèlerinage a ouvert le Mali sur le monde extérieur. En effet le Portugal, l’Italie, les pays du Maghreb commencèrent à s’intéresser à l’empire pour son or surtout. Au plan littéraire , on assiste à l’éclosion d’une littérature noire d’expression arabe. Au plan religieux, l’islam commença à prendre le pas sur l’animisme divisant du coup la société entre maninkas islamisés et bambara animistes.

  1. Apogée et évolution de l’empire.

Le Mali a atteint son apogée sous le règne de Kanko Moussa. L’empire s’étendait alors du....Lire la suite

Posté par Allfayer à 00:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2018

Nos partenaires

 

Espace publicitaire

Contact : +226 56 19 63 45

 

 

Espace publicitaire

 

Contact : +226 56 19 63 45

 

Espace publicitaire

Contact : +226 56 19 63 45

 

Espace publicitaire

Contact : +226 56 19 63 45

 

Espace publicitaire

Contact : +226 56 19 63 45

 

Espace publicitaire

Contact : +226 56 19 63 45

 

Espace publicitaire

Contact : +226 56 19 63 45

 

Espace publicitaire

Contact : +226 56 19 63 45

 

Espace publicitaire

Contact : +226 56 19 63 45

 

Espace publicitaire

Contact : +226 56 19 63 45

 

Espace publicitaire

Contact : +226 56 19 63 45

 

Espace publicitaire

Contact : +226 56 19 63 45

Posté par Allfayer à 15:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Trouvez et obtenez votre thème tout de suite!!!

 

Vous ne retrouvez pas votre thème? Quelque soit le thème :

 

Obtenez votre exposé complet :

  • Recherches déjà effectués
  • Informations déjà saisies
  • Fichier modifiable à 100%

 

Contactez nous au +226 56 19 63 45 et effectuez votre commande.

Nos sièges sont à OUAGADOUGOU (Zone 1) et à BOBO DIOULASSO ( Belle-Ville; Secteur 29).

 

Envoi de votre exposé par:

  • Email
  • Whathapp Messager
  • Facebook Messenger

 

 

 

presentation

Posté par Allfayer à 15:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

A propos de la Bibliothèque d'éxposés

 

La Bibliothèque d'exposé propose deux types d'exposés. Des exposés gratuits et ouvert à tout le publique, et des exposés et documents  payants. Les exposés que vous arrivez à consulter facilement et gratuitement sont gratuits mais ceux que vous n'arrivez pas à lire mais dont le titre existe dans notre liste sont des exposés payants. Notre liste n'est ependant pas exaustive. 

Pour avoir accès à ces exposés payants ou à tout autre exposé que vous aimerez avoir, appelez le service clientel au +226 56 19 63 45 / 61 12 03 12 pour commander. Après payement votre exposé complet sur le thème que vous désirez vous sera envoyé par email ou whatsapp ou Facebook Messenger.

 

Nos services (permanent) :

  • Recherche et synthèse d’informations sur vos thèmes ;
  • Recherche ciblée sur thèmes spécifiques ;
  • Documentation sur tout thèmes.

Contact : +226 56 19 63 45 / 61 12 03 12

Nos formations (chaque congé du 1er trimestre) :

  • Formation en techniques de recherches sur internet ;
  • Conseils sur comment présenter son exposé efficacement ;
  • Comment compléter votre documentation ;
  • (Bonus) Comment apprendre et maîtriser l’anglais facilement ;

 

La bibliothèque effectue les recherches et le tri et des formations en techniques de recherches. Nos services sont disponibles sur tout le territoire Burkinabè.

Contact : +226 56 19 63 45 / 61 12 03 12.

 

 

Nos Tarifs :

  • Recherches sans tri : 3 500 F
  • Exposé : 5 000 F ou 7,69 Euros
  • Formation : 10 000 F CFA ou 15,38 Euros

 

Nos procédures :

Envoie du fichier par :

- WhatsApp

-  E-Mail

Payement par :

  • Orange money (pour les Nationaux)
  • PayPal et Western Union (pour les Internationaux)

 

theme

 

Posté par Allfayer à 13:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]