Thème : «  La conquête coloniale au Burkina Faso ».

 

 

PLAN

INTRODUCTION

  1. Le Burkina Faso à la veille de la conquête coloniale

1-   Dans l’Oubritenga

2-   Dans le Gourma

3-   Dans le Yatenga

4-   A Tenkodogo

  1. Les explorateurs.
  2. La conquête coloniale du Burkina Faso

1-   La conquête du Gulmu et de l’Est

2-   La Conquête du Mogho et des pays Gourounssi

3-   La conquête de L’Ouest

4-   La conquête du Nord

  1. Les conséquences de la conquête coloniale du Burkina Faso

1-   Aspects Positifs

2-   Aspects Négatifs

CONCLUSION

 

INTRODUCTION

Le début du XIXème siècle marque le départ de l’impérialisme européen en Afrique. Le Burkina Faso à l’instar des autres territoires africains suscite l’intérêt des Européens. La conquête précédée d’une phase d’exploration dirigée par trois puissances qui sont : La France, l’Angleterre et l’Allemagne.

  1. I.                  LE BURKINA FASO A LA VEILLE DE LA CONQUETE COLONIALE

A l’intérieur le territoire était miné par de nombreuses crises et guerres civiles.

  1. 1.     Dans l’oubritenga

Le Mogho Naba Wobgo était en lutte contre un tout petit vassal, le chef de canton de Lallé. Incapable de s’imposer et de se faire obéir par ses sujets gourounsi, le Naba fit appel au redoutable Djerma du Niger pour établir l’ordre.

  1. 2.     Dans le Gourma

Il y régnait une véritable confusion : les tueries, les assassinats des chefs, les complots étaient quotidiens

  1. 3.     Dans le Yatenga

L’autorité de Naba Baogo était contestée par un prétendant, le prince Bangré (Bagaré) incapable de s’imposer, le Naba demanda le secours du Mogho Naba puis celui du capitaine Destenaves, chef des troupes françaises installées à Bandiagara (Mali).

  1. 4.     A Tenkodogo

Le roi, Naba Karango était en constante querelle avec son cousin Yellisida alias Bangandé qui lui disputait le port du bonnet rouge, symbole de Chef. Le royaume était en proie à des pillages, meurtres et assassinats, vols et viols.

  1. II.               LES EXPLORATEURS

Les explorateurs qui ont visité le Burkina Faso au XIXème sont :

-          Heinrich Barth : c’est u docteur allemand, il est le premier européen a foulé le sol burkinabé en atteignant Dori en Juillet 1853;

-          Le Docteur Krause : il arrive à Ouagadougou le 24 septembre 1886 ; Il est le premier Européen à pénétrer  dans la capitale du Mogho.

-          Louis Gustave Binger : C’est un officier français charge d’étudier les possibilités de rattachement des territoires français de la boucle de la cote d’ivoire à ceux de l’intérieur et préparer des négociations  politiques et commerciales. Il atteint Bobo le 25 avril 1888 puis Ouagadougou ou il est reçu par Naba Sanem qui l’interdira d’entrer à Ouagadougou.

-          Monteil : Sa mission fut un échec car il n’est pas reçu par l’empereur qui lui intime l’ordre de quitter son territoire le 28 avril 1891.

-          Georges Eykem Fergusson : Ce métis Afro-britanique venait saluer le Mogho Naba au nom de la Reine Victoria d’Angleterre. Il réussit à signer un traité d’amitié et de libre commerce.

A partir de 1895, la compétition devient âpre. Les Allemands déléguèrent Gruner, Von Karnap et Von Zech. Les anglais envoyèrent Lugard, Les Français dépêchent Alby  Decoeur, Baud et surtout le Capitaine Destnaves aidé  des lieutenants Voulet, Margaine et Goden.

  1. III.            LA CONQUETE COLONIALE DU BURKINA

C’est dans un contexte de désordre interne et de course au clocher qu’est intervenue la conquête du territoire burkinabè. La France avait comme but politique, la volonté de réaliser une Afrique territoriale unie. Il fallait ainsi coloniser le territoire du Burkina Faso pour atteindre son but.

1-     La conquête du Gulmu ou de l’Est.

Les français et les Allemands se disputèrent cette région. Les missions allemandes conduites par VON KARNAP et GRUNER parties du Togo en début Janvier 1895 signèrent un traité le 14/01/1895 avec Bahoma, le Roi de Pama, un Vassal du Gulmu. Le 21 Janvier elles signèrent un autre traité avec le roi de Matiacoli qu’il croyait être le grand chef de Gulmu.

La mission française conduite par le commandant Decoeur qui poursuivit les allemands dans la région réussit à signer le 20 Janvier  avec le vrai chef du gulmu, le grand Roi Bantchandé, un traité qui plaçait le royaume sous protection française.

2-     Les conquêtes du Mogho et le pays gourounssi

Elle sera faite par la force et préparée minutieusement depuis la colonie du Soudan (Mali). Le 18 Mai 1895, Le capitaine Destenaves avait réussit à signer un traité de protectorat avec Naba Baogo du Yatenga en échange d’un semblant d’appui militaire contre le prince Bangré ou Bagaré. Ce traité sera consolidé par le lieutenant Paul Lucien Gustave Voulet chargé d’établir le protectorat dans les pays mossi et gourounsi. Le 27 Aout 1896, la ville de Yako est conquise. Le 31 Aout la colonne Voulet aidée du lieutenant Chanoine sont aux portes de Ouagadougou. Le Naaba refuse de les recevoir et envoie ses cavaliers pour leur barrer l’entrée. Mais le 1er Septembre la colonne entre victorieusement à Ouagadougou et à 17 heures le drapeau Français flottait sur le Palais du Mogho Naaba Wobgho = Boukary Kutu) qui s’était enfuit vers le Ghana. Il fut remplacé par le Naaba Sigiri qui signa un traité de protectorat avec la France.

La colonne continua sa mission en pays gourounssi afaibli par les invasions djermas. Le 17 septembre, ils étaient à léo et le lendemain  un traité était signé, le chef Hamaria Maya plaçant le Gurunsi sous protectorat  français.

3-     La conquête de l’Ouest

Les français passèrent des traités avec Dédougou, le Royaume de Wahabou avec Diébougou d’Avril à Mai 1897. En Juin 1897, le commandant Caudrelier  occupe Ouarkoye, signe un traité avec le Guiriko à Bobo-Dioulasso en Septembre 1897. Puis Banfora et le Kénédougou sont soumis après la destruction de Sikasso.

4-     La conquête du Nord.

Elle est l’œuvre du capitaine Destenades. Auparavant, Monteil avait obtenu la signature d’un traité avec Jelgoogi et l’Arbinda le 23 Mai 1891 et qui était devenu caduc après la mort du Chef Boari remplacé par son rival. Malgré tout l’Oumirou de Dori et l’Almamy reconnurent ce traité le 4 Octobre 1895 Destenaves obtint la signature d’un autre traité à Dori qui confirmai celui de 1895.

  1. IV.            LES CONSEQUENCES  DE LA CONQUETE COLONIALE AU BURKINA FASO

 

1-     Aspects positifs

Par le biais de la colonisation au Burkina Faso, il fut construit de nombreuses écoles favorisant ainsi la scolarisation de la population. Ainsi la mise en place des réseaux de communication et la construction de la voie ferroviaire. Il faut aussi noter que la colonisation à mis fin aux guerres tribales qui animaient le territoire du Burkina Faso.

 

 

2-     Aspects négatifs

 

La colonisation à entrainé la balkanisation. En effet  les européens ont redessiné les frontières et cela ne correspondait pas aux besoins des peuples. C’est ainsi qu’on a assisté à des problèmes de frontières qui furent des sources de conflits entre le Burkina Faso et le mali en 1972. On assiste également à la confiscation des meilleures terres cultivables aux peuples burkinabè et l’acheminement des matières premières du Burkina vers les métropoles entrainant l’apprivoisement de la colonie.

CONCLUSION

La conquête du territoire du Burkina fut relativement facile car le Burkina Faso vivait dans un climat de désordre. Ce qui a facilité l’entrée des colons. Certaines populations ont accueilli les colons à bras ouvert et d’autres les ont combattu.

Bibliographie : www.google.com (les conquêtes coloniales au Burkina Faso)