Thème : « Indentification de quelques problèmes du système éducative burkinabé ».

 

PLAN DE L’EXPOSE

INTRODUCTION

  1. I.                  Définition

1-    Pédagogie générale

2-    Pédagogie Appliquée

  1. II.               Les difficultés du système Educatif au Burkina Faso

1)   Difficultés su le plan social ou utilitaire

2)   Sur le plan éducatif scolaire

  1. III.            Les solutions du système Educatif au Burkina Faso.
  2. IV.            Les finalités actuelles du système Educatif au Burkina Faso

CONCLUSION

 

 

 

 

INTRODUCTION

L’Education est l’action  de l’action de conduire quelqu’un d’un point vers un autre point qu’il n’a pas atteint. On s’accorde de plus en plus que l’Education gouverne le monde.

Sur le plan scolaire l’Education, c’est le fait de transmettre les connaissances aux élèves. Il importe donc que toute personne qui veut tenir avec succès, dans l’éduction soit imprégnée des définitions, des difficultés, des solutions et des finalités.

  1. I.                 DEFINITION

Pédagogie générale : est la science de l’action éducative sur les enfants et des services d’une organisation et d’une administration.

Le système éducatif : C’est un ensemble des principes ordonnés formant un corps de doctrines propres à une éducation.

Les difficultés sont des problèmes qui empêchent le développement du système éducatif.

  1. II.              LES DIFICULTES DU SYSTEME EDUCATIF AU BURKINA FASO

 

1-    DIFICULTES SUR LE PLAN SCOLAIRE

 

Le problème d’accès (faibles taux d’admission, de scolarisation, inégalités significatives par genre par zone géographique. Par exemple le CEP enregistre autour de 70%, le BEPC enregistre le taux le plus faible, le Baccalauréat n’atteint pas 50%.

Le problème de maintien (faible taux d’achèvement fort redoublement, d’exclusion, d’abandon, d’échec scolaire).

Le problème de qualité, inefficacité interne et externe (inadaptation du système éducatif aux réalités, de nombreux établissements ne disposent pas de bibliothèques. Les bibliothèques qui existent ne sont pas bien fournies. Au niveau du privé, plus de 70% n’ont pas de bibliothèque. Les professeurs n’ont pas de matériel didactique pour préparer mieux  leur cours. Certains établissements font recours aux associations des parents d’élèves (A.P.E) pour courir des charges de fonctionnement. Mais ces (A.P.E) pour courir des charges de fonctionnement. Mais ces A.P.E sont devenus ‘’Une boite de sous’’ pour des responsables  d’étalements et de bureau A.P.E.

Le  problème de pilotage : Mauvaise gestion du personnel ; insuffisance des infrastructures scolaires ; insuffisance de formation des Enseignants ; insuffisances de moyens logistiques pour assurer l’encadrement et le suivi pédagogiques pour assurer l’encadrement et des paillotes servent toujours des cadres d’études. « Je donnais les cours sous un arbre. Après nous avons rejoint une maisonnette, les élèves sont assis au pied des tableaux » affirme un instituteur.

2-    LES DIFFICULTES SUR LE PLAN SOCIAL

L’accroissement accéléré de la population Burkinabé pose l’inadéquation de plus en plus marqués entre le poids de la population et l’accroissement des ressources auxiliaires  au niveau de la nation. La population du Burkina Faso était de 7 964 705 en 1985. En 1996, soit une dizaine d’année après. Elle est passée à 10 312 609  soit une augmentation de 2 347 904 personnes.  Dans cette population les jeunes de 0 à 14 ans représentent 48% des effectifs totaux soit presque la moitié de la population  totale actuelle.  Face à ces problèmes de la population, plusieurs stratégies ont été développées pour faire prendre conscience du phénomène de l’explosion de mographiques et de la forte corrélation entre population, ressources et développement. Au nombre de ces stratégies  se situe l’introduction de l’Education en matière de population (EME) dans le système éducatif aussi bien formel que non formel.

  1. III.          LES SOLUTIIONS  DU  SYSTEME EDUCATIF AU BURKINA FASO

Avec l’adoption de la nouvelle réforme éducative, actée par la loi 013 de 2007, il a fallu adopter un nouveau révérenciel de politique publique éducative, conforme à cette dynamique dénommée Programme de Développement Stratégique  suite à l’ancien plan Décennal de Développement  de l’Eduction de Base (PDD EB). On peut énumérer ici celles du programme. 2 du PDSEB (amélioration de la qualité de l’éducation de Base formelle. Généraliser de préscolaire dans le cadre de la transformation de toutes les écoles primaires à six classes en complexes éducatifs. Mettre en œuvre le révérenciel de la qualité, élaboré par les différentes parties prenants l’éducation de Base et qui repose sur la maîtrise de tous les facteurs exerçants une influence sur la qualité du processus enseignement-apprentissage qui détermine infinie  de qualité des résultats des acquises scolaires.  La qualité des compétences  acquises pour réussir le cursus et la qualité des compétences nécessaires à l’insertion  socio- professionnelle.

Reformer les programmes de manière à viser des compétences réelles susceptibles d’améliorer les performances scolaires et extra scolaires des élèves avec l’avènement des technologies de l’Information et de la communication (T.I.C) L’Introduction de l’anglais dès le primaire.

Réviser la durée de la formation initiale et relever le niveau de recrutement des enseignements du primaire : La durée de la formation initiale passe d’un an à deux ans. Une meilleure utilisation de l’aide extérieure, une meilleure gestion des personnels enseignent, la mise en place des possibilités d’auto-éducation.

  1. IV.         LES FINALITES DU SYSTEME EDUCATIF AU BURKINA FASO

Selon la loi 013-2007/AN du 30 Juillet  2007 part la loi d’orientation de l’éducation. « Le système éducatif burkinabè a pour finalité de faire du jeune Burkina un citoyen responsable, un producteur créatif. Il vise essentiellement à assurer un développement intégral et harmonieux de l’individu, notamment :

-          en stimulant son esprit d’initiative et d’entreprise

-          en favorisant  son développement personnel à travers son épanouissement physique, intellectuel et moral

-          cultivant en lui l’esprit de citoyenneté à travers l’amour de la patrie, afin qu’il soit capable de la défendre et de la développer ;

-          Cultivant en lui l’esprit de citoyenneté responsable, le sens de la démocratie, de l’unité national, des responsabilités et de la développer,

-          Développant en lui l’esprit de solidarité, d’intégrité, d’équité, de justice, de loyauté, de tolérance et de paix ;

-          Cultivant en lui le respect d’autrui, notamment, l’équité entre genre s mais aussi le respect de la diversité linguistique, confessionnelle et culturelle ;

-          Garantissant sa formation afin qu’il fasse preuve de discipline, de rigueur dans le travail et qu’il soit utile à la société et à lui-même ;

-          Développant en lui le sens des valeurs universelles

-          Développant toutes ses potentialités, afin de le rendre capable de participer activement par ses compétences, au développement de son pays

L’essentiel pour l’institution scolaire consiste à « proposer aux élèves d’acquérir les savoirs, les savoir-faire ; les savoirs être et le savoir vivre ensemble qui leur permettront, une fois dans la vie active d’être utiles à eux-mêmes et de répondre aux exigences scolaires »

CONCLUSION

Au terme de notre étude, nous retenons que le Burkina Faso subisse de nombreux problèmes dans le développement de son système Educatif. Face à ces difficultés les solutions proposées n’arrivent pas à résoudre les problèmes du système Educatif. Pour se faire le système Educatif du Burkina n’arrive pas à atteindre les finalités.